jeudi 11 mai 2017

Je suis incapable d’aimer




Il arrive parfois que la vie réserve des surprises assez complexes. Comme par exemple l’incapacité à aimer. 

Ca se soigne, docteur ? 

J’ai lu beaucoup d’articles associants l’incapacité à aimer à des traumatismes d’enfances, ou encore au manque d’attention de l’entourage lors de l’enfance. Des blessures internes gardées secrètes. 

Quoi penser lorsqu’on a le sentiment d’avoir manqué ni d’affection, ni d’attention dans notre jeune âge ? Sur qui jeter la pierre ?
En réalité selon moi, nous avons tous eu des carences affectives relatives soit à un parent absent, soit à des parents peu présents ou peu affectueux ou encore à des mésaventures juvéniles. Mais rien pouvant justifier cette incapacité à développer un quelconque sentiment envers quelqu’un qu’on estime (pourtant). 

La pire dans tout ça, c’est qu’on essaie souvent de séduire l’individu qui nous a porté de l’intérêt, et qu’une fois acquis, on se détache aussi rapidement qu’un oiseau déploie ses ailes. 

C’est comme si nous associons l’amour à un défis à relever et qu’une fois la victoire prononcée, on perdait toute motivation. 

Selon moi, ça n’a rien à voir avec notre construction psychologique d’autrefois, mais plus à voir avec nos références actuelles. Selon moi, si nous attirons des personnes que nous sommes incapables d’aimer, c’est que nous ne suivons pas notre chaine intime de valeurs. Qui êtes-vous ? Qui recherchez-vous ? 

Scoop : seriez-vous dans des schémas prêtés par vos parents ? 

Il me semble que l’erreur la plus fréquente est de vouloir rétablir la fierté de vos parents en sélectionnant des profils qu’ils attendent « Si je choisi exactement l’homme ou la femme qu’ils aimeraient pour moi, je serais heureux et ils seront fières de moi»

Quelles sont VOS valeurs ? Qu’est ce qui vous fait vibrer ? Est-ce l’amour ? Le succès ? Les traditions ? La liberté ? L’argent ? La sécurité ? L’aventure ? Le pouvoir ? La passion ? Le confort ? 

Ces valeurs sont les principales reconnues par le commun des mortels. Vous avez de forte chance de vous retrouver dans l’une d’entre elles. Faites le test pour vous. Puis choisissez la valeur que vous prétendez souhaitée par vos parents. Est-ce la même ?  Si oui vous avez fait une bonne pioche, vous pouvez quitter cette page je n’aurais pas de réponses à vous apporter. 

Si votre valeur personnelle est diamétralement opposée de celle supposée de vos parents, demandez-vous en quoi vos précédentes relations correspondaient à leur valeur prétendue. S’il y a un match, félicitations vous venez de réaliser que vous vous êtes contorsionné pour correspondre aux schémas de valeurs de vos proches. Et c’est à ce moment que je vous informe que cela ne rend pas heureux...

Il est extrêmement important de connaître votre propre hiérarchie de valeurs, car ce sont les valeurs auxquelles vous tenez le plus qui vous rendent le plus heureux. Modifier ses priorités donne du pouvoir. En devenant conscient de vos propres valeurs, vous comprendrez plus clairement pourquoi vous agissez comme vous le faite et vous saurez comment vivre en accord avec vous-même. 

Ne vous laissez jamais tomber.
Prenez soin de vous,

Vixen.

mercredi 2 novembre 2016

Amour - "Je n'arrive pas à l'oublier"






« Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point. » Blaise Pascal

Parfois la vie amoureuse réserve quelques subtilités qui nous échappent. Et parfois même, on a beau lutter, tenter de s’auto-convaincre, se faire violence, laisser du temps au temps, il est parait impossible de se sortir quelqu’un de nos pensées.
Alors que tout notre entourage, nos amis et notre famille sont unanimes sur le fait qu’il est temps de passer à autre chose, il semble que notre subconscient ne soit pas du même avis. C’est comme si notre cerveau se partageait en deux : entre la volonté de tourner la page et les pensées automatiques qui reviennent sans cesse, nous replongeant dans nos vieux souvenirs. Ces pensées automatiques peuvent revenir plusieurs fois par jours, sans même que nous en aillons conscience. Et ce sont ces pensées automatiques qui nous empêchent d’avancer. Les mêmes, qui nous font revivre nos souvenirs les plus marquants encore et encore, complices de la survie de nos sentiments. Dans ce cas-là, passer à autre chose nous semble quasiment impossible.
Le plus irritant dans tout ça, c’est lorsque ces pensées liées au passé viennent polluer le présent. Par exemple dans mon cas, malgré toutes mes tentatives pour passer à autre chose, je reste impassible devant tout être masculin récemment entré dans ma vie. Pourtant, ils ont tout de l’homme idéal : brillants, respectueux, bienveillants, indépendants, ambitieux,… Rien n’y fait. Maintenant que j’ai connu les sensations fortes liées aux histoires passionnelles, je ne peux me complaire dans des amourettes. Alors je fini inlassablement par disparaitre sans laisser de traces.
Lors d’une énième nuit d’insomnie, j’ai sagement réfléchi à cette situation. J’en suis venue à la conclusion que ce genre de situation n’était pas anodine. Il est temps de réparer les cœurs malades. Selon moi, les plus grandes obsessions sont dues à des blessures plus anciennes, certainement liées à des évènements de notre enfance. Il faut savoir remonter le temps et chercher le nœud à l’origine de notre acharnement : qu’est-ce qui réunit cet évènement de notre passé à la personne qu’on aime ? Un trait de personnalité en particulier ? Une addiction ? L’abandon ?
En effet, on a tendance à rejouer les scénarios de notre passé. C’est pourquoi, les victimes de violence conjugale sont souvent des personnes aillant été témoins de ce genre d’évènements. Il en est de même pour l’alcoolisme, par exemple. Les travers de nos parents sont souvent rejoués dans notre vie adulte, sans même que nous en aillons conscience.  
Il est maintenant temps de vous remettre en question, à savoir, pourquoi cette personne représente un pilier indispensable dans votre vie, au point que vous ne parveniez pas à tourner la page et que vous êtes inlassablement tentés de revenir jouer des scènes du passé.
Le jour où vous aurez trouvé la réponse à cette question, il s’agira du premier pas vers la guérison. Cette étape est néanmoins nécessaire pour ne plus répéter inlassablement les mêmes schémas, au risque d'aboutir à chaque fois sur des histoires douloureuses.

Je vous souhaite bonne chance dans votre quête.

N’oubliez pas de prendre soin de vous et d’être heureux.


Vixen